Shinta S. Zenker - L'esprit de la calligraphieShinta S. Zenker

L'esprit de la calligraphie

« Jamais l’esprit ne donne congé à la lettre qui le révèle ».
Lévinas

La calligraphie est une voie de réalisation personnelle.
La calligraphie est aussi un art martial.

Dans toutes les grandes traditions d'orient et d'occident, la calligraphie, à l'origine, permet de transcrire les textes sacrés.
Comme s'il fallait passer d'une écriture personnelle, peu lisible, à une écriture impersonnelle, structurée, harmonieuse pour recevoir, rendre accessible et embellir les textes fondateurs qui replacent l'homme dans l'univers, dans sa relation au sacré et à ses semblables.
Dans cet esprit, l'acte de calligraphier traverse les âges, les époques, les cultures et les frontières géographiques pour venir se poser sur le papier ou le parchemin. Il est un chemin.

La pratique, régulièrement exercée, tend à nous aligner afin que corps, cœur et esprit convergent à la pointe de la plume. Alors nous pouvons donner vie et force aux caractères qui véhiculent les idées, la poésie, la beauté.

Dès lors posture et respiration sont fondamentales. Elles permettent de défaire les tensions pour laisser libre cours à l'énergie créatrice dans les réceptacles que sont les lettres. Elles offrent la joie d'être réunifié dans l'instant.

La calligraphie vise une maîtrise du geste.
Elle est une méditation que sert la lenteur.
Elle est un art de vie qui se poursuit au-delà du moment même de l'écriture.
L'enseignant est un passeur qui accompagne la personne sur un chemin vers elle-même et sa source créatrice.
Le calligraphe est le scribe de la source de vie.